• J'ai pris la jument et nous sommes parties toutes les deux vers ce petit lac où les pêcheurs taquinent souvent le poisson.

    Tout d'abord il nous a fallu attendre que les vaches, après la traite du matin, se décident à rejoindre leur pré et je vous assure qu'elles ne sont pas pressées.

     

     

     

     

     

    Et puis on est revenu et Shiloh a retrouvé les siens... Elle se roule, ça fait trop de bien quand on a transpiré

     

     

    Suite à la mort d'Aramis, il ne m'était plus possible de garder Shiloh seule dans un pré, elle aurait été trop malheureuse.

    J'ai donc décidé de la céder à la jeune femme qui crée son club hippique à côté de chez moi.

    j'ai la possibilité de la monter à loisir mais elle ne m'appartient plus.

    Néanmoins je vais la voir, la caresser et je pense qu'elle est très heureuse d'être dans un troupeau où elle a été bien acceptée.

    Ce sera plus facile pour moi dorénavant de partir sans me soucier de rien et l'hiver peut bien être rigoureux, elle sera au chaud dans un box...

    ...Et je n'aurai plus à casser la glace !

    C'est la fin d'une belle époque de ma vie !


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique