• Le 11 février 2018: l'abbaye de Valmagne (Hérault)

    A l'occasion d'une semaine passée dans l'Hérault pour jouer notre rôle de grands-parents comblés,

    nous en avons profité pour satisfaire notre curiosité par quelques visites.

    La première fut consacrée à l'abbaye de Valmagne dont voici un bref historique.

    Cette abbaye fut fondée en 1138 sur la commune de Villeveyrac par le sieur Trancavel, vicomte de Béziers.

    Jusqu'au 14ème siècle ce fut une des abbayes cisterciennes les plus riches du sud de la France.

    En 1159, elle se rattache à l'ordre de Cîteaux et en observera la règle morale et architecturale.

    Confrontée aux guerre de religion et de 100 ans, elle fut très endommagée.

    Restaurée, elle fut de nouveau mise à mal à la révolution. les derniers moines fuirent en 1789.

    Valmagne fut alors saccagée.

    Elle devint bien nationale, revendu en 1791. En 1838, le Comte de Turenne en fit l'acquisition

    et ce sont ses descendants qui en sont toujours les propriétaires. Ces derniers la restaurèrent petit à petit.

    Cette abbaye est classée monument historique depuis 1947.

    Le domaine compte actuellement environ 58 hectares de vignes.

    Pour l'heure l'église est transformée en chai.

     

    D'abord un peu de cet or jaune si agréable à regarder et à sentir: le mimosa.

    L'arrivée sur Valmagne est assez impressionnante au milieu des vignes.

     

     

    A l'intérieur du cloître, une fontaine.

     

     

    Détail de ce patio.

    Pierre et marbre mêlés.

    Une des chapelles de chevet de l'église romane ornée d'une fresque en dents de scie.

    Les moines y posaient leur livre de prières en sortant de l'église.

    La nef et sa statue vivante et son doudou.

    Vitrail réalisé à partir de petits morceaux de vitraux d'origine brisés à la révolution

    et patiemment ramassés autour de l'église quand les grandes pluies les font remonter à la surface.

    Pour finir, une statue en marbre de la vierge du 17ème siècle mutilée à la révolution.

    « Harmonie de chevauxSète et sa grande plage. »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Février à 20:35

    Coucou. Ah voilà où tu te cachais! C'est vraiment superbe! La 2ème photo me plaît particulièrement. Quant au cloître avec cette petite fontaine, il est superbe. J'adore ces vestiges du passé qui traversent le temps et qui encore aujourd'hui, nous épatent par leur prestance.

    Bises alpines et bon retour.

    2
    Lundi 19 Février à 21:36
    Pastellle

    J'adore la photo du mimosa qui pousse n'importe où, et le reste de la série est superbe aussi, avec un sourire attendri pour la statue vivante et son doudou.  :)

    3
    Dominique
    Mardi 20 Février à 05:24

    Merci Martine,

    Je ne connaissais pas... Superbe !

    4
    FRANCOISE
    Mardi 20 Février à 06:29

    superbe

    la petite statue et son doudou

    5
    Mardi 20 Février à 10:00
    Xtian

    Bonjour Martine

    Je me demande si, pour ces chefs-d'œuvre, la vision n'est pas sublimée lorsqu'alentour la nature est dépouillée de sa parure. Dans cette très belle série, j'aime beaucoup la seconde photo.

    Bises

    6
    Mardi 20 Février à 10:01

    Superbes tes photos de ce merveilleux endroit

    MERCI

    7
    Mercredi 21 Février à 06:59

    bonjour Martine

    merci pour ces renseignements , c'est toujours très intéressant de les lire pour mieux situer cette abbaye qui a de très belles choses à montrer comme son intérieur avec la fontaine .

    elle est vraiment minuscule cette petite statuette avec son doudou dans cette grande salle aux colonnes immenses .

    8
    Mercredi 21 Février à 16:52

    Un superbe billet. Tes photos sont très belles.

    Je suis contente pour toi

    9
    Mercredi 21 Février à 19:57

    Je connaissais seulement de nom et je suis très heureux de connaitre cet endroit très très bien restauré.Je vois tout de même du sacré qui perdure dans cette salle immense avec une enfant dans la lumière quoi de plus sacré et les "tonneaux" qui doivent être pleins de ce divin nectar que le vin de la région. Je trouve regrettable les dégradations de la révolution. Mais c'est vrai que n'avons pas le même raisonnement qu'à cette époque.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :