• Saint Jacques 2015, Lascabanes-Lauzerte #1

    Comme souvent dans le Quercy, on rencontre de ces petits bâtisses au bord des champs ou des prairies. On les appelle Cazelle ou encore Gariotte.

    Elles servaient d'abris aux bergers qui gardaient les brebis. On pouvait y faire du feu et se reposer. Celle-ci est en parfait état.

     

     

    L'an dernier il y avait Markus qui fut celui qui m'avait le plus marqué par son courage. Je ne l'ai pas revu cette année.

    Cette fois c'est un japonais qui a attiré mon imagination. Il cheminait seul, ne connaissait ni le Français et juste deux ou trois mots essentiels en anglais.

    Il voulait aller d'une traite à Saint Jacques. Nous nous sommes doublés, redoublés, retrouvés dans certains gîtes et puis définitivement perdus un peu plus tard.

    Tout le monde connaissait le "japonais" et certains communiquaient avec lui grâce à la traduction simultanée de leur téléphone portable, internet, et tout, et tout!

    Ce qui le faisait rire comme seuls les japonais savent faire. Plus ils sont gênés, plus ils rient On peut imaginer la solitude de cet homme qui ne peut échanger avec personne!

     

     

    Il photographiait tout mon japonais mais sans doute pas plus que moi finalement.

    Cette petite église méritait notre attention à tous deux mais sans doute pas pour les mêmes raisons.

    Cette chapelle est liée à l'histoire d'une certaine Salomé (pas la mère de Jean et de Jacques). Au cours d'une fête donnée par Hérode Antipas (ils s'appelaient tous Hérode à cette époque), Salomé dansa une danse lascive et suggestive. Hérode fou d'amour, lui promit de lui donner tout ce qu'elle voudrait, même la moitié de sa richesse. La jeune-fille demanda conseil à sa mère qui, voulant assouvir une vengeance contre Jean-Baptiste (cette fois c'est bien lui) pour une histoire d'épousailles, lui fit demander la tête de Jean-Baptiste sur un plat. Hérode n'osa pas rompre son serment et fit décapiter le prophète. la tête  fut remise à la jeune-fille qui le porta à sa mère.

     

     

     

    Je suis maintenant en plein Quercy blanc et le temps est bien gris, faisant craindre un orage. Je n'aurai à mettre ma pèlerine qu'une demi-heure ce jour là.

     

     

     

    Enfin, Montcuq apparaît au loin, village dont on se moque facilement mais en fait il se prononce MontcuQQQ.

     

     

    J'y prends un bon café et je visite même si les kilomètres le deuxième jour commencent à se faire sentir.

    Au sommet une tour reste d'un château détruit par Louis XI.

     

     

     

    « Saint Jacques 2015 de Cahors à lascabanes: 25 Km #2Saint Jacques 2015, Lascabanes-Lauzerte 23 Km #2 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 15 Août 2015 à 18:57

    C'est très beau ce chemin et je suis sûre que tu vas nous montrer encore d'autres très beaux paysages. J'aime tout particulièrement la chapelle et la photo 5 mais toutes sont bien

    2
    françoise
    Samedi 15 Août 2015 à 20:21

    bien le panneau de Montcu (q)... je ne peux me retenir de sourire, et je pense à Jacques Martin et son petit rapporteur.


    Je vois que tu as désormais un japonais, méfie toi, s'il te drague, tu ne comprendras pas... et hop emballée, Martine !


    Bref, je sais on ne va pas à Saint Jacques à pied, pour courir le guilledou


    bisous


     

    3
    Dimanche 16 Août 2015 à 07:37

    Très agréable ce chemin avec toi et ce Monsieur Japonais (As-tu une petite photo ?) Tes clichés sont tops et très bien choisis. Félicitations

    Bises sous le soleil

    4
    Dimanche 16 Août 2015 à 08:07

    @ Elisa. Mon japonais c'est le monsieur de dos qui marche devant moi, bien chargé, ses crocs attachées à son sac.

    @ Françoise. Détrompe-toi, Françoise, beaucoup d'amourettes se tissent sur le chemin, souvent sans lendemain et ce ne sont pas toujours des jeunes. Parfois, des couples se déchirent aussi sur ce même chemin.

    5
    Dimanche 16 Août 2015 à 08:35

    Déjà j'admire ton courage :-) Ensuite, le vitrail de la jeune fille est une merveille même si cette histoire fait froid dans le dos. Les paysages en-dessous me laissent rêveuse, c'est beau tout simplement beau. J'ai du mal à concevoir de faire ce chemin avec tout l'attirail technologique... je ne sais pas, j'imaginais quelque chose de plus brut... de plus vrai. Pas de traducteurs, et les mains alors ? On a toujours réussi à communiquer en y mettant du sien ou je me trompe peut-être . Des amis à moi qui tiennent un gite sur ce chemin me contaientt qu'aujourd'hui les pèlerins veulent tout le confort, sèche linge compris, lave-vaisselle etc... Ils ont du revoir toute la conception de leur gite à l'ancienne, à la bonne franquette et sont un peu écœurés de l'esprit des pèlerins d'aujourd'hui, est-ce que tu l'as constaté toi ce changement ? bises

    6
    Dimanche 16 Août 2015 à 08:56

    @ Naturesereine. Je crois que tes amis exagèrent! Oui certains veulent sans doute le grand confort mais ce n'est pas la généralité. Il existe plusieurs sortes de gîtes: les chambres d'hôte (le top, quoi et parfois il m'arrive d'en prendre une, c'est entre 50 et 60 euros la nuit), les gîtes ou on peut ou non prendre la demi-pension (on mange beaucoup le soir, trop même). On paye environ 20 euros la nuit (on peut être jusqu'à 3 par chambre. cette année, j'ai réussi à être chaque fois seule, ouf!)  et 35 avec la demi-pension. C'est souvent là que je vais, c'est conviviale et il n'y a pas de luxe, certains ont un lave-linge et tout le monde met son linge en même temps mais c'est rare, on lave à la main. Il y a aussi les gîtes communaux avec des chambrées de deux à 10 et là je n'y vais quasiment jamais. on fait sa cuisine soi-même ou parfois on est en demi-pension. C'est environ15 euros la nuit et enfin les donativo, ce qui veut dire "donne ce que tu veux". On est en chambre de 2 à 10 au maximum et on partage les tâches de la maison, on aide à la préparation du repas commun, on fait la vaisselle. j'y suis allée une fois, c'est souvent propre et bien.

    mais je ferai un article spécial sur tout ça à la fin de mon périple car ça vaut le coup d'être expliqué.

    Quant à mon appareil photo, je n'ai évidemment avec moi que mon petit apn mais qui fait de bonnes photos, du moins je pense!

    7
    Dimanche 16 Août 2015 à 10:22

    Encore une merveilleuse étape

    Merci

    Passe un très bon dimanche

    8
    Lundi 17 Août 2015 à 10:55

    Je te réponds par ici. Ce n'est pas de l'exagération hélàs, ils ont une immense papeterie qui était conçue en chambrées, avec une grande cuisine commune (tout était en fait en esprit communautaire, ce qui tout au début de leur installation correspondait bien à l'esprit de St Jacques) Ils sont à Tence sur le chemin du Puy.... Et puis peu à peu les gens se sont plaints, ils voulaient des chambres particulières, ils voulaient qu'on leur fasse à manger, ils voulaient ... bref, au vue des pourcentages de baisse de fréquentation du gite, ils ont du s'adapter à la demande. Au jour d'aujourd'hui ils ont bien sur la wifi, et tout le confort moderne. Ils se sont mis à cuisiner pour les gens et ont transformé récemment une grande chambrée en chambres individuelles, tout ça pour survivre. J'aurai cent fois préféré que ce soit éxagéré ! Mais il y a peut-être des endroits de France ou les choses se passent encore à l'ancienne. belle journée à toi

    9
    Mardi 18 Août 2015 à 12:15

    Bonjour Martine,

    Ca me tente bien de faire ce chemin (pas tout hein!wink2) quand je vois tes photos. Pour ce Japonais, cheminer seul ne veut pas dire être seul, tout dépend de ton état d'esprit.

    Je vais voir la suite.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :