• Le 15/09/2017: Foire de Beaucroissant

    La foire de Beaucroissant est une des plus vieilles foires de France.

    Elle a lieu deux fois par an, une fois au printemps, une fois à l'automne.

    L'histoire du village et de sa foire remonte dans la nuit des temps.

    Elle se confond avec celle de la colline de Parménie qui la domine de ses 749 m d'altitude.

    L'origine officielle de la foire de Beaucroissant remonte à 1219:

    cette-année là, dans la nuit du 14 septembre, le lac de St Laurent (au-dessus de l'emplacement actuel de Bourg d'Oisans) se rompt

    et cause une terrible inondation qui submerge Grenoble et fait de très nombreuses victimes.

    Dès l'année suivante, le 14 septembre 1220, sous la conduite de l'évêque de Grenoble, les survivants commémorent cet évènement

    en se rendant à Parménie, résidence des évêques de Grenoble.

    Ils sont si nombreux qu'un village se constitue pour les accueillir.

    Bien entendu, le rassemblement génère l'accompagnement d'une foule de marchands.

    Telle est l'origine de cette foire reconnue par les historiens.

    Cependant les chroniqueurs du Moyen-Age font état, déjà, de rassemblements antérieurs à cette date

    à partir de la construction de la chapelle de Parménie en 877.

    Il est donc probable que la foire soit encore plus ancienne que ne l'indique le millésime de la 797ème édition.

     La foire aux bestiaux n'a lieu que le vendredi: chevaux, bovins, ovins.

    C'est donc bien ce jour-là que nous nous y sommes rendus.

    C'est une bonne journée à passer entre les animaux d'une part et les allées où marchands de tout et de rien font leurs affaires.

    Beaucoup de commerces vendent la même chose et pratiquent les mêmes prix, c'est dommage.

    Les bonimenteurs attirent le client en promettant monts et merveilles avec leurs petits outils de rien.

    Et... Je me suis laissé convaincre. Vais-je les utiliser ?

    J'ai essayé de négocier le prix de quelques chevaux, pas pour moi, bien sîr mais je ne suis pas assez douée.

    Il faut dire que pour un cheval de 1600 euros, j'en offrais 400 ! Je n'avais aucune chance.

    On est dans le ton quand on parle de foire d'empoigne. Tout le monde passait et repassait autour des bêtes.

    Certains un peu inconscients donnaient une ou deux petites tapes sur les croupes et il est heureux qu'il n'y ait aucun blessé.

    Il y a de tout, ici, du beau comme du vilain.

    Quelques chevaux se mordillaient un peu, un mulet s'amusait à saillir les deux ponettes attachées à côté de lui.

    (en principe le mulet est stérile).

    Certains étalons, attachés plus loin piaffaient sur place, excités par l'odeur des juments sans doute en chaleur.

    D'autres chevaux roupillaient, attendant que ça passe ou broutillant le foin mis à leur disposition.

    Quelques chevaux étaient très maigres, poil terne, sabots longs ou plein de cicatrices,

    je n'en aurais pas voulu pour tout l'or du monde.

    Et puis il y a eu ce salaud qui a abandonné un cheval à l'entrée de la foire et s'est taillé (cheval non pucé sans doute).

    Il y avait tout de même de très belles bêtes mais elles partaient vite ou étaient chères.

    Les maquignons sont repérables avec leur blouse (pour les anciens) et leur bâton

    et il est amusant et difficile à la fois de suivre les transactions qui se font en plusieurs temps et souvent par signes:

    le maquignon en chef cogne avec son bâton sur les barres d'attache pour communiquer avec son employé.

    Une fois les plus grosses ventes effectuées, ils se retrouvent tous au bar, guettant du coin de l'œil un client potentiel.

    Les privés gardent leurs bêtes et se décarcassent pour en vanter les mérites.

    C'est la loterie, on peut faire l'affaire du siècle comme on peut récupérer les pires ennuis et un cheval ça ne se jette pas !

    A 16 heures, les bêtes non vendues sont reparties en camion et nous avons fait de même, retour à la maison.

     

    Un taureau tout petit

    De tendres images et un petit ânon qui fait la connaissance d'un carnivore !

     

     

     

    Pour vite se réconforter auprès de Maman

    Passons en cuisine

     

     

     

     

    « Retour de SuisseLe 22/09/2017: Nettoyage des prés »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 30 Septembre à 18:02

    J'ai beau habiter tout pas loin, je n'y suis allée qu'une fois il y a des lustres. Je n'aime pas la foule et je fuis tout ce qui s'en rapproche. Pourtant, une année, ma boîte m'avait mandatée pour aller y faire un reportage photos... j'ai cru que j'allais craquer. En tout cas ta série est innovante

    2
    Kri
    Samedi 30 Septembre à 18:34

    Il y a des ânes donc je suis ravie

    Ces plats sont magnifiques ... quand on dit qu'on mange avec les yeux

    3
    Dimanche 1er Octobre à 07:45

    Même lorsque j'habitais pas bien loin nous n'y sommes jamais allés.

    Je n'en sais trop pourquoi ! Merci pour ce partage.
    Un bon dimanche à vous deux

    4
    Dimanche 1er Octobre à 07:57

    je connaissais cette foire quand j'habitais près de Grenoble mais n'y suis jamais allée non plus .

    trop mignon ces ânes et ânons .

    pour le truc du bonimenteur , j'en ai un , j'ai essayé mais bof , comme toi acheté lors d'une foire .

    5
    Sylvie
    Dimanche 1er Octobre à 17:34

    Les bébés animaux sont bien mignons .

    Quant au gadget du bonimenteur , c'est le genre de truc qu'on utilise une ou deux fois je pense , et ensuite il atterrit pour des décennies au fond d'un tiroir .

    Je reconnais que les légumes sont joliment présentés  . Ca va plaire à tes petits-enfants .

    6
    Dimanche 1er Octobre à 19:02
    Xtian

    Beaucroissant, je ne connaissais pas son origine comme quoi on apprend dans les blogs ! Quant à la foire elle-même, j'ai eu plusieurs envie de m'y rendre mais finalement l'occasion ne s'est pas présentée ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :