• Un monde de SUR-vivants pour le jour le plus long de l'année

    Dans ce lieu, entouré de champs de céréales, tout n'est que passé et splendeurs défraîchies. Ce fut mais ce n'est plus. La piscine croupit, cachée sous des bâches, le tennis ne retentit plus des balles rebondissantes et du claquement des raquettes, les grandes herbes envahissent le parc, récoltera-t-on seulement le foin cette année? Seuls les abords sont tondus. L'étang est recouvert de feuilles pourries par l'eau et pourtant quelques canards y nichent encore et les grenouilles croassent vigoureusement même la nuit. La statue à l'air bêta sourira encore quelques années avant d'être recouverte de mousse. Les araignées n'ont même plus peur des bêtes grimaçantes qui ne recrachent plus d'eau depuis longtemps. Le château se ride, des fissures parcourent les murs de la grande chambre aux papiers peints de roses anciennes assorties aux tentures qui cachent les vieilles huisseries grinçantes. Et pourtant je me sens bien dans cette chambre, fenêtres ouvertes sur les bruits du parc et les oiseaux matinaux qui chantent, libres. Seule la  tour qui date de l'ancien château ne vieillit plus. Elle est déjà vieille et pour longtemps encore, j'espère.

    Dans un des petits immeubles qui parsèment le parc et où nombre d'appartements ont clos leurs volets, réside une vieille dame de bientôt 104 ans. Elle vit dans son monde à elle, un monde de SUR-vivants, parle de ses sœurs de 116 et 108 ans "qui portent bien leur âge" D'ailleurs elle les a vues il y a quelques jours, elles allaient bien! Dans son imaginaire, on ne meurt pas, c'est la vie éternelle du moins tant que soi-même on est là. Il n'y a que nous qui vieillissons, nous ses neveux. "Tu n'as pas beaucoup de cheveux blancs pour ton âge, ce n'est pas comme ton frère! Et vous, Martine, vous êtes bien habillée"... Son regard dévie vers mes chaussures, celles de marche puisque je reviens du parc où j'ai promené Rubia. Elle ne dit plus rien, mes chaussures ne sont pas à son goût. Puis mes cheveux sont passés au crible, elle en aime la couleur blanche un peu dorée... mais non, je ne mets rien sur mes cheveux, Tatie. Quelques minutes plus tard, la conversation reprend... En boucle. Son dentier claque dans sa bouche, il ne tient plus guère et elle le mâchouille comme un tic!

    Ce fut une belle femme, très coquette. Elle a gardé de sa jeunesse tumultueuse de très belles jambes et des bras peu ridés. Elle se maintient toute droite sur le bord de son lit, en regardant d'un air absent les programmes de la première chaîne, toujours la première chaîne puisqu'elle ne sait plus manipuler les boutons.

    Si on lui demande comment elle va, elle répond toujours cette même phrase: "je suis si fatiguée" Comment en être autrement quand on a presque 104 ans et qu'on vit parmi les SUR-vivants!

     

    Photos du 21 juin

     

     

     

     

     

     

    (reflet inversé)

    « En routeRetour dans les nuages »

  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Juin 2015 à 18:55

    C'est très beau cette série Martine mais ce qui est un poil pénible c'est quand tu mets un long commentaire explicatif, non pas pour le commentaire en lui-même, toujours intéressant mais parce que la largeur de ta page texte (et même commentaires d'ailleurs) est à son maxi et du coup ce n'est pas facile à lire. Peut-être aussi parce que les caractères sont petits pour ceux qui sont moins jeunes. Un réglage de tout ça m'aiderait beaucoup personnellement.

    2
    Mardi 30 Juin 2015 à 19:07

    Très beau témoignage d'un membre de ta famille, beaucoup de retenue mais de la tendresse. Ta deuxième photo est une vraie merveille!

    3
    Mardi 30 Juin 2015 à 20:16

    Magnifique témoignage et très belles photos 

    4
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 00:24

    Les photos sont magnifiques  et ton texte très émouvant. Vaste débat que la vieillesse. Faut t-il vivre vieux si on n'a pas la pleine capacité de ses moyens ou faut t il durer dans le temps quoiqu'il advienne. ?. Personnellement j'ai cette angoisse d'autant qu'il faut penser à ceux qui restent et que vous aimez. Doit on imposer sa présence et ses lacunes ?.

    5
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 07:39

    @ Légio... Je pense qu'on est nombreux à partager cette angoisse!

    6
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 17:11

    Beaucoup d'émotion à lire ton texte tout en retenue. As tu envie d'atteindre cet âge "canonique" même si tu es en bonne santé ? 

    7
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 17:49

    Bonjour Martine,

    Bon, moi je ne râle pas sur la longueur du texte. Combien de fois j'ai pu te dire que tu écrivais très bien !

    C'est un bel hommage que tu fais . C'est émouvant  et si réel .... C'est tendre également.

    Tes photos sont toutes belles et vont si bien avec cette belle vieille Dame. Ma préférée est ta seconde.

    BRAVO pour cet article Martine

    8
    pénélope
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 21:14

    Je pense que tu me comprendras au quart de tour, moi,  j'ai pas envie de survivre, mon mari non plus et on respectera,  je l'espère, notre pacte de non agression.


    Je pensais mourir entre 49 et 50 ans,  ma grand mère, dont  je suis parait-il le portrait admirable (  :) ) est morte à 50 ans, mon père à qui je ressemble tant  à 49 ans. Que diable fais-je encore sur terre?


    Les dentiers ne me boufferont pas,  je ne sais pas quand je vais mourir mais j'espère que j'aurais encore assez de dents pour casser du sucre sur la Terre entière.


     

    9
    Mercredi 1er Juillet 2015 à 21:45

    @ Chinon... Oh que non, je le redoute!!! Vieillir comme ça c'est le cancer de la vieillesse! Une souffrance de chaque instant... Dieu m'épargne cette souffrance!

    ma mère 101 ans et demi, la tante de mon mari: 104 ans le 23 juillet je crois...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :