• ça faisait un moment que je n'avais pas monté la jument, et cette fois, nous sommes parties sans Mira.

    Trop de routes et donc potentiellement plus dangereux.

    Du coup, la jument étais moins allante et avançait doucement,

    regardant chaque plaque d'égouts, comme si celle-ci allait lui sauter à la figure.

    Elle semblait aussi avoir un peu mal aux petons.

    En effet, en hiver, les chevaux sont souvent dans la boue, ce qui ramolli la sole des pieds qui devient plus sensible.

    Shiloh n'est pas ferrée, ce qui est beaucoup mieux pour la santé.

    Le fer contraint le pied qui ne déroule pas naturellement à la marche.

    Je suis une adepte du cheval pieds-nus, encore faut-il les faire marcher sur du dur pour raffermir le dessous.

    C'est pourquoi j'ai opté pour une bonne proportion de routes.

    L'automne se retire tout doucement en même temps que les feuilles chutent au sol.

    Il reste encore de belles couleurs et mon petit APN fait son travail.

    Petit à petit des brumes envahissent le ciel, ce qui ajoute au charme de cette balade.

     

    Au loin, deux petits "culs blancs" fuient

     

    Sur la route, un cantonnier coupe ou scie les branches tombées des arbres lors de la dernière tempête.

    Paysages embrumés.

     

     

    Nous traversons le Séran. Juste après ça monte bien et Shiloh mouille la chemise, c'est qu'elle a son poil d'hiver et il ne fait vraiment pas froid.

     

     

     

    Deux heures et demi plus tard, nous sommes rentrées.

    J'ai mal partout !!!


    13 commentaires