• Il fallait juste emmener les vaches à l'étable.

    Certaines vont bientôt vêler et le propriétaire devait venir les chercher pour les redescendre en bétaillère chez lui.

    Elles ont passé tout l'été, ici, en pension.

    pas si simple de leur faire parcourir les quelques centaines de mètres et parfois, pour un brin d'herbe, elles s'égarent par-ci, par-là,

    pas toujours motivées par le seau de grain agité devant elles.

    Mon rôle était juste de les empêcher de descendre la route.

     

     

    Les chevaux, Shiloh en tête, étaient impressionnés par ce remue-ménage et galopaient en tous sens, queue en l'air, oreilles pointées.

    On notera aussi leur propreté ! Mais hiver oblige, il faut ménager les prés.

    ils ne sont plus à l'herbe mais plutôt dans la boue et rentrés au box la nuit.

     

     


    10 commentaires