• Le 2 août 2018 : de Mansilla à Leon, 20 Km

    C'est une marche bien ennuyeuse pour arriver à Leon et ses splendeurs.

    Les faubourgs sont longs et laids. Certains le font en bus mais je n'aime pas éviter les zones peu agréables,

    pour moi, ça fait partie du jeu.

    J'arrive donc, à Leon, chez les capucins où j'ai le tort de commander les deux repas, celui du midi et celui du soir.

    Le ticket de ce dernier est parti à la poubelle.

    Ce n'était vraiment pas bon, digne du poulet aux hormones de Jean Ferrat.

    Le soir j'ai donc mangé en ville, un peu seule tout de même.

    On s'acclimate à la solitude mais quand même ce soir-là j'aurais aimé avoir de la compagnie.

    L'après-midi est consacrée à la visite de cette ville qui nécessiterait plusieurs jours mais le pèlerin n'a pas le temps,

    le chemin appelle, il faut avancer, il faut arriver !

    C'est donc un peu succinctement que j'arpente les ruelles de Leon et que je m'imprègne de son ambiance toujours aussi bruyante en soirée.

     

    Puente Villarente, et son grand pont qui peut laisser supposer que le Rio parfois se fâche et déborde.

    Le 2 août 2018 : de Mansilla à Leon, 20 Km

    Un peu avant Arcahueja, je rencontre une famille de français repérée quelques temps auparavant: les parents et deux adolescentes.

    Il marchent tous les ans sur le Camino Frances pendant une semaine.

    Nous partageons le goûter du matin et je ne les reverrai plus ou de loin.

     

    Fontaine lavoir. Encore 307 km, paraît-il.

    Il faut dire que les distances inscrites sont assez fantasques parfois

    On reprend la route qui devient plus vallonnée avant de redescendre à Leon.

    Après avoir marché sur la nationale, traversé la voie de chemin de fer,

    passé sous des pylônes, emprunté une passerelle sous un soleil de plomb…

    C'est enfin Leon.

    Leon, ville d'environ 150.000 habitants, existait sous les romains en tant que camp de légion.

    abandonnée sous l'invasion sarrasine et repeuplée au 10 ème siècle.

    Après la réunification de la Castille et de Leon, la ville décline.

     L'accueil dans la ville est des plus sympathiques.

    La Guardia Civil distribue aux pèlerins une carte de la ville, fournit les renseignements

    et en prime un bonbon et une carte postale de la cathédrale.

     

    Le marcheur pénètre par la Puerta Moneda sous les remparts,

    puis les vieilles rues mènent à la cathédrale que l'on découvre toute de lumière.

     

    Hôtel de ville

    Ces photos ont été prises vers 16 h 15. les espagnols sont encore à la sieste. Bientôt, la foule envahira les rues et les cafés seront pleins.

    Casa de Botines de Gaudi (fin 19ème), déclarée monument historique en 1969.

    Construite pour les propriétaires d'une société textile.

    Le bâtiment devait remplir la double fonction d'habitation et de commerce.

    Son nom vient du fondateur de l'entreprise textile.

    Si vous voulez en savoir plus sur cette étonnante bâtisse, je vous conseille d'aller sur

    wikipedia

    De la belle architecture plus moderne.

     

    Enfin la cathédrale malheureusement en travaux.

    « Le 1er août 2018 : d’El Burgo Ranero à Mansilla, 18,9 KmCathédrale Santa Maria de Leon »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Anne**
    Vendredi 14 Septembre à 19:12

    Très belle ville. Je t'admire Martine, pour faire ce chemin seule.

      • Vendredi 14 Septembre à 21:43

        Au contraire, c'est fantastique d'être seule. Personne à qui rendre des comptes, s'organiser comme on veut, partir à l'aube si on est un lève-tôt… C'est vrai que parfois c'est pesant, ça l'était moins en France car je pouvais rencontrer plus de compatriotes évidemment.

    2
    cathoune
    Vendredi 14 Septembre à 23:09

    Leon méritait que tu "souffres" un peu avant. C'est vrai que cela fait du bien d'être libre de ses mouvements. La solitude aussi... mais pas trop.

    3
    Samedi 15 Septembre à 07:51

    bonjour Martine

    la liberté est au prix de la solitude ...et Bécaud disait " la solitude ,ça n'existe pas "...

    cette ville semble très belle avec ces beaux bâtiments comme la Casa de Botines et la cathédrale et mériterait bien d'y passer plus de temps .

    4
    Samedi 15 Septembre à 09:55

    Bonjour Martine

    c'est juste magnifique

    et les photos sont superbes

    un très beau périple

    amitié et bon weekend

    5
    Dimanche 16 Septembre à 09:31

    Bonjour Martine

    Se nourrir sur les Caminos espagnols ? J'ai adopté depuis 2011 le principe suivant : arrivé à l'étape (en général vers 12 h 30 / 13 h selon la longueur du parcours, après la douche et la lessive, direction un bar où je commande un Menu del Dià. C'est très roboratif avec deux plats très copieux, un dessert (postre), boisson (la bouteille de vin à discrétion sur la table) et tout ça pour 7 à 8 roros (un peu plus disons 10 / 12 roros sur le Camino Francès). Du coup, le soir, je n'ai pas bien faim aussi je dîne sur place d'une soupe, parfois de pâtes (c'est fou ce que les gens abandonnent dans les albergues)...

    Je ne remercierai jamais assez le couple de compatriotes qui avait trouvé ce principe que j'ai copié.

    Bises

     

      • Dimanche 16 Septembre à 12:08

        Et bien imagine-toi que j'ai à peu près le même principe, surtout vers la fin, le soir je n'avais pas faim alors je commandais une soupe et un dessert léger.

        Tu vois les grands esprits se rencontrent toujours!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :