• Compostelle, 4 août, de Dubarry à Aire sur l'Adour, 1ère partie 13 Km

     J’ai décidé, fort de mes expériences passées de commencer doucement, faire entre 15 et 18 kilomètres pendant quelques jours est raisonnable, il faut se faire les muscles des épaules et les mollets !

    Par contre, l’envers du décor c’est qu’on arrive tôt dans les gîtes et les après-midis peuvent sembler un peu longs. Certains gîtes n’ouvrent qu’à partir de 15 heures, les gîtes communaux acceptent les pèlerins plus tôt parfois.

     Dubarry était un gîte privé, j’y étais seule d’où une impression d’ennui un peu plus vive. Nous verrons par la suite que certains gîtes sont plus conviviaux, heureusement…

     Les départs se font en général pour moi entre 7 H 45 et 8 H, ce qui permet de profiter d’un peu de fraîcheur, sachant qu’à partir de 10 h on commence à transpirer et qu’on met le chapeau sur la tête.

      Je suis passée à Lelin –Lapujolle et sa belle église du 16ème

     

     

     

     Je prends la direction de Barcelonne du Gers. Le long des maïs de belles fleurs jaunes rompent la monotonie du chemin.

     

     

     

     Barcelonne est une ancienne bastide mais je ne fus pas vraiment séduite bien que certains petits coins méritent le coup d’œil.

     

    Le lavoir,

     

    La prison au bord de la rivière qui a sûrement subie de fortes crues.

     

    Juste après, nous rentrons dans le département des Landes.

     Et l’arrivée à Aire sur l’Adour, ville qui me semble animée. Je déjeune à la terrasse d’une brasserie d'une énorme pizza que je ne peux finir.

     La maison des pèlerins ouvre à 15 heures et je traîne en attendant, je m’installe sur un banc devant la halle aux grains pour lire un peu.

     

     L’Adour

     

    La halle aux grains

    Enfin débarrassée de mon sac, je grimpe jusqu’à l’église sainte Quitterie qui date primitivement du 11ème siècle.

    A l’intérieur, le roman côtoie le baroque en marbre et stuc.

    La crypte était fermée (j’ai loupé la visite guidée) mais j’enjambe allègrement la barrière pour la visiter. Elle date du 4ème et 5ème siècle, c’est un ancien mausolée.

    Elle abrite un magnifique sarcophage dit de Ste Quitterie. Il fait très sombre, merci au flash !

     Non loin de l’église, une fontaine que je ne suis pas allée voir, dite fontaine miraculeuse sensée soigner les maux de tête (en suivant le lien, vous comprendrez pourquoi).

     D’ailleurs le soir, je ferai connaissance d’une canadienne du Québec atteinte de violentes céphalées depuis de nombreuses années

    et qui est allée boire l’eau de cette source. La suite ne m’a pas dit si elle avait été guérie mais je lui souhaite le meilleur car elle était vraiment handicapée par son état.

     

     

     

     

     

     

    Pas très engageant ce petit coin!

     

    « Compostelle, 3 août de Nogaro à la Grange Dubarry, 2ème partieCompostelle, 4 août, de Dubarry à Aire sur l'Adour, 2ème partie »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Août 2016 à 19:02

    Une très belle série architecturale, j'adore les photos de Sainte Quitterie. Et les fleurs jaunes sont des Molènes.

    2
    Mercredi 24 Août 2016 à 19:04

    BONJOUR 

    Merci de nous emmener avec toi  sur les chemins de campagne , je t'accompagne moralement c'est tout se que je peux faire

     bonne route bises  

    3
    cathoune
    Mercredi 24 Août 2016 à 22:26
    Tu as bien eu raison d'aller dans la crypte. j'aime les photos de l'église
    4
    Jeudi 25 Août 2016 à 06:14

    elle a un superbe clocher cette église et le porche est très orné de sculptures .

    il fait très chaud en ce moment , prend soin de toi .

    j'aime beaucoup te lire et je vois que tu es souple , tu enjambes les barrières !!!

    5
    Jeudi 25 Août 2016 à 08:23

    Fort belles sculptures pour cette église Sainte Quiterie que je n'avais pas visitée lors de mon passage au printemps 2007 (elle était fermée!).

    6
    Samedi 27 Août 2016 à 10:46

    Sur la première photo je vois que tout est bien sec (comme chez-nous) !

    Je crois que le plus on marche le plus on veut marcher .... cela devient une drogue (enfin pour moi)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :