• Compostelle, 3 août de Nogaro à la Grange Dubarry, 2ème partie

     Les maisons à colombage sont magnifiques, telle celle qui se nomme Labarbe

     

     Dans les chemins ombragés, les odeurs sont délicieuses et m’enivrent, les haies souvent fleuries dégagent des arômes que la chaleur sublime.

     J’arrive à une petite église, celle de Lanne-Soubiran, flanquée de son presbytère devenu chambre d’hôte.

    Les propriétaires sont adorables, ils ont prévu tout ce qu’il faut pour se restaurer un peu et boire un bon café, ce que je ne manque pas de faire.

    Comme d’habitude, on donne ce qu’on veut, parfois rien si on n’a pas de pièces. C’est là aussi que je prends mon premier repas, à l’ombre, assise sur le banc du porche.

     

     

     

     

    Nogaro-Grange Dubarry, 3 août, 2ème partie

     On dit que le chemin c’est pèlerins à la queue leu leu mais je peux affirmer que je n’ai rencontré personne hormis un petit garçon de 5 ans qui m’appellera pour m’offrir contre 1 euro un café. Je pénètre dans son jardin, il est bavard le gamin et raconte sa vie, prend mes bâtons pour faire le tour de sa maison.

    Ses parents me servent le café, ils habitent une jolie petite maison mais visiblement les moyens manquent pour la restaurer.

     Un peu plus loin un banc improvisé garni d’une maxime me voit passer, je ne m’arrête pas, il me tarde d’arriver au gîte. Les maïs n’en finissent pas,

    il fait chaud, pas d’arbres, ah si, un enfin mais il est vite passé.

     

     

    Nogaro-Grange Dubarry, 3 août, 2ème partie

     

     J’arrive au gîte où je bois de l’eau et un zeste de sirop. Le propriétaire, ancien tailleur de pierres me fait faire la découverte  de la chambre dont la fenêtre est en vitrail. Malheureusement elle ne peut s’ouvrir et prise à la nuit tombée d’une petite crise de claustrophobie, je décide en cachette de monter à l’étage pour dormir.

    Je suis la seule dans ce grand dortoir et j’ouvre la fenêtre en grand, je respire à pleins poumons.

    « Compostelle, 3 août de Nogaro à la Grange Dubarry, 1ère partie 14,5 KmCompostelle, 4 août, de Dubarry à Aire sur l'Adour, 1ère partie 13 Km »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Août 2016 à 18:44

    J'avoue que je suis admirative de ton courage et de nous faire suivre ton périple qui passe par tant et tant de chemins.

    2
    Mardi 23 Août 2016 à 19:36

    Bonsoir

    Au printemps 2007, j'avais fait étape à la Maison Labarbe et j'avais été fort bien accueilli. Je ne sais pas si le gite existe toujours. Et quant à la fréquentation, passé Figeac, je ne voyais personne dans la journée, uniquement une petite dizaine de marcheurs, randonneurs ou pèlerins, le soir au gîte. En Espagne, sur le Camino Francès c'est une autre histoire...

    Bonne soirée

      • Mardi 23 Août 2016 à 20:47

        C'est pourquoi je me demande si je ne vais pas faire le chemin du nord...

    3
    Sylvie
    Mardi 23 Août 2016 à 19:42

    Quel contraste entre la vieille église et le superbe  presbytère !

     

    4
    Mercredi 24 Août 2016 à 06:24

    ces longueurs de maïs me décourageraient  aussi vu la chaleur qu'il doit faire dans ce sentier , je t'admire .

    le vitrail est très joli mais s'il ne s'ouvre pas je comprend que tu sois allée dormir ailleurs , j'en aurais fait autant .

    5
    Mercredi 24 Août 2016 à 16:11

    vraiment vraiment joli ce vitrail, quand je vois les champs de mais je comprends mieux. bises

    6
    Mercredi 24 Août 2016 à 18:49

    BONJOUR 

    Merci pour ses belles photos ,mais se n'est pas pour moi 

    j'ai trop de peine a marcher ,mais j'admire ton courage 

    bonne journée bises

    7
    Samedi 27 Août 2016 à 10:47

    Dans la série de livre "les Martines" que ma fille lisait petite fille il faudrait rajouter "Martine la courageuse" !!!

    Que ces maisons à colombages sont belles !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :