• Compostelle, 14 août, d'Orisson à Roncevaux, 16,9 Km (1ère partie)

     Il faisait un temps magnifique ce jour-là, on ne pouvait espérer mieux. Trop souvent le parcours se fait dans le froid et la brume. Mais cette fois-là, il n’y avait pas de nuages, du vent oui mais heureusement ça rafraîchissait. Ce vent je l’ai trouvé juste un peu au-dessus d’Orisson. Il peut être très violent parfois, d’ailleurs un jour de tempête, la vierge de Biakorri en fut décapitée ! A la mauvaise saison,  il est totalement déconseillé de passer par cette voie dite de Napoléon.

    Ce fut pour moi l'allégresse, c'était la quasi dernière étape mais je ne voulais pas y penser. J'étais trop bien à marcher et le sac ne pesait même plus sur mes épaules. Les paysages promettaient d'être admirables... Enfin, j'allais atteindre l'ESPAGNE. Plus tard ce serait un nouveau monde, une autre ambiance, de nouvelles relations...

     Dès le départ, je fus émerveillée par les couleurs que procurait le soleil rasant. 

     

     

     

     

     

    Le berger (pris au zoom)

     La vierge de Biakori apportée de Lourdes par les bergers pour les protéger.

    Et c'est là que, discutant avec un monsieur, j'ai appris qu'il habitait à Nantua, non loin de chez moi, il était le cousin de quelqu'un que je connaissais bien et faisait des repérages, il envisage de partir d'une traite jusqu'à Saint Jacques depuis chez lui. Nous parlions de choses et d'autres quand soudain nous nous sommes aperçus qu'on s'était trompé de chemin! On descendait gentiment dans une autre vallée!... Que voici!

     Et c’est là que j’ai eu la surprise… Je m’attendais à voir des chevaux sauvages Pottoks !

    Et bien non, ce sont des comtois, bien de chez moi qui vivent en autonomie dans la montagne pendant la saison estivale :

    étalons, juments (parfois munies de cloches) et poulains.

     Je ne sais pas si j’ai la berlue mais je ne l’avais pas remarqué sur place : un cheval bicolore derrière l’étalon. J’ai beau regarder les pattes, il n’y en a bien que 4 ! A moins que le corps du cheval bai soit parfaitement masqué par un cheval blanc et que celui-ci ait la tête tournée!

     Suite demain...

    « Compostelle, 13 août, De saint Jean Pied de Port à Orisson, 8 KmCompostlle, 14 août, d'Orisson à Roncevaux, 16,9 Km (2ème partie) »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 18:30

    J'adore cette série lumineuse offrant de beaux paysages, chevaux et moutons. Leur robe est magnifique.

    2
    Sylvie
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 19:22

    De toute beauté . Cette lumière , ce vert !

    C'est toujours très curieux le hasard des rencontres !

    Après la prof de Normandie , voilà le cousin de Nantua !

    Mon neveu suisse , alors ado , avait rencontré une de ses profs au fin fond perdu de l'Irlande , lors d'une virée à moto avec son père et son oncle .

    3
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 19:32

    C'est magnifique, de toute beauté Martine. Je comprends ton ivresse car derrière l'écran je vis pleinement ton avant dernière étape.

    Puis que vois-je ? Une compatriote sur la Photo N°3 !

    Les moutons sont très beaux ..... Aucun Patou  ?
    Belle soirée à vous deux

      • Dimanche 11 Septembre 2016 à 20:48

        Non, je n'ai pas vu de Patou. Pourtant il doit sûrement y avoir des loups venant d'Espagne!

    4
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 20:40

    Des paysages de rêves............et paisibles.............

    5
    Lundi 12 Septembre 2016 à 00:36

    Effectivement les couleurs sont chaudes et le paysage est doux à souhait. Et oui bavarder ou marcher il faut choisir (lol). On ne s'attend pas à voir des chevaux avec des pattes aussi grosses sur des pentes de ce genre.La robe du bi-color (c'est volontaire) est amusante. On croirait un montage. 

      • Lundi 12 Septembre 2016 à 08:06

        Le comtois est un cheval très rustique qui se contente fort bien de ce genre d'herbe rase. Mais je pense en effet que les petits chevaux plus trapus seraient préférables.

    6
    Lundi 12 Septembre 2016 à 13:23

    merveilleux tronçon je trouve que celui-là, drôle en effet ce cheval, il fait sourire. belle journée Martine

    7
    Mardi 13 Septembre 2016 à 08:33

    le monde est petit  dit on , oui ça doit faire drôle de trouver des comtois dans cette région , et pour le blanc et bai , c'est drôle aussi un mélange pareil .

    le soleil rasant donne de belles couleurs chaudes , c'est beau .

    8
    Samedi 24 Septembre 2016 à 18:00

    Une lumineuse série et passer d'un versant à l'autre des Pyrénées sous le soleil matinal est un moment qu'on n'oublie pas et tu ne l'oublieras pas, j'en suis certain.

    9
    Dimanche 25 Septembre 2016 à 09:29

    Coucou

    Je vois que j'ai utilisé par mégarde le pseudo de Zette pour mon commentaire d'hier. J'espère qu'elle et toi, vous me pardonnerez.

    Bises

      • Dimanche 25 Septembre 2016 à 12:08

        ça m'étonnerais bien que ça la vexe!!!

        Bonne journée ensoleillée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :