• A la découverte du golet à la Millette

    Nous avions entendu parler du golet à la Millette par un vieux du village qui avait raconté ses souvenirs de guerre:

    Adolescent il avait été envoyé en 1944 par son père chez les maquisards

    pour leur demander de ne pas faire d'action préjudiciable afin de sauver le village des représailles.

    Alors nous avons cherché ce golet. Des chemins étaient indiqués sur la carte mais en arrivant devant,

    un panneau indiquait "chasse en cours". E est reparti avec la chienne mais moi j'ai préféré continuer,

    vêtue d'un blouson jaune, j'étais bien visible !

    Le chemin montait, j'ai croisé les chiens puis les chasseurs qui m'ont renseignée.

    Sans eux, je me serais peut-être perdue

    Manque de bol le golet à la Millette c'était le sentier suivant.

    Ce sera donc pour une autre fois... Sans chasse !!!

     

    Fontaine du Petit Village (905 m d'altitude)

    A cet endroit l'eau coule tout le temps, même en période de sécheresse... Du moins jusqu'à maintenant.

    Quelqu’un a eu la mauvaise idée de mettre une pastille de chlore au fond, ainsi les bêtes ne peuvent plus boire, c'est dommage !

     

     

    Lieu-dit "le Ranch"

    Dégâts du débardage.

    Ici, il y eut une maison, brûlée en 1944.

    Lieu-dit le Crêtion.

     

     

     

    Le sentier qui était censé mener à la Millette est un sentier de débardage, donc aucune indication.

    J'ai rencontré les chiens, puis les chasseurs, je m'entends en général très bien avec eux

    je reste dans les chemins et ne risque pas grand chose

    "vous montez et arrivée en haut vous tournez à gauche" (logique d'ailleurs)

    puis j'ai rencontré le dernier chasseur et son chien, qui m'a dit:

    "vous allez tout droit, ça monte (heureusement qu'il m'a prévenu car il y avait un sentier qui descendait)

    et vous allez voir un tracteur jaune. Là c'est à gauche"

    Pas un tracteur mais un engin de débardage

    Il y avait deux chemins, un juste avant le tracteur qui descendait et l'autre après qui montait.

    J'ai pris le premier... Ouf, c'était le bon.

    De toutes les façons on ne peut pas vraiment se perdre, la vallée est orientée nord-sud;

    on peut juste faire quelques kilomètres de plus !

    En arrivant à mon point de départ, j'ai vu E qui m'attendait avec Mira, assis dans un pré

    A ce moment j'ai eu le plaisir de voir 5 sangliers qui se sauvaient coursés par 4 chiens

    Alors finalement où était donc la chasse ?... Pas là où on pensait.

    Les chasseurs du haut n'avaient pas vu la moindre bête !

    « Un petit air de printempsPluie et soleil »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Février à 08:39

    J'aime bien ces paysages que je retrouve au fil de tes billets.

    2
    Anne**
    Mercredi 19 Février à 14:50

    Voilà des photos qui vont faire plaisir à Françoise !  Bravo Martine, tu sais faire la différence entre un tracteur et un engin de débardage !

    3
    Mercredi 19 Février à 16:26

    Quelle jolie série !

    Bien des kilomètres ... heureusement votre Choupinette n'était pas avec vous !

    4
    Jeudi 20 Février à 06:53

    bonjour Martine

    pour une fois les sangliers ont eu une chance de s'en sortir , peut être .

    les chemins de débardage font du dégât et ce n'est pas facile de les emprunter surtout quand il y a des ornières remplies d'eau comme sur ta photo .

     

     

      • Jeudi 20 Février à 07:02

        Il y a énormément de sangliers mais c'est un débat à part. Je crois qu'en fait peu de sangliers passent de vie à trépas, les chasseurs ne font pas mouche à tous les coups, heureusement, de plus vers chez nous, ça reste une chasse très raisonnée, ils ne sont pas nombreux. Là ils n'étaient que 4. les sangliers étaient dans une autre chasse avec d'autres chiens.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :